Photo
Photo : © Yoni

Ciboure

Ziburu

Blotti au creux d'une baie, sur la rive gauche de la Nivelle, ce village lié à la mer fait face à sa voisine Saint-Jean-de-Luz. De l'autre côté du pont qui lui a donné son nom, en basque Zubiburu, puis Ziburu, signifie "tête de pont", Ciboure a su préserver son authenticité et son attachement aux milieux maritimes.

Découvrir Ciboure, c'est se plonger dans son passé lors de flâneries au grè de ses ruelles du centre historique, c'est embrasser ce lien unique qu'elle partage avec la mer, c'est percevoir la tradition si chère à ses habitants…

Les incontournables à Ciboure

Ciboure et l'Océan

Itsas

Au fil des siècles, l'histoire de Ciboure a été intimement liée à la mer et ses activités. Les maisons labourdines du quai Ravel ont été les témoins du développement de la pêche et de son évolution. Bien que la pêche ne soit plus l'activité économique principale, le port reste actif avec une flottille d’une quarantaine de bateaux. La plaisance complète l'activité maritime avec le port de plaisance de Larraldenia construit dans les années 70.                                                                                                                                                    

Le port de pêche

Du XVème au début du XVIIIème siècle, la chasse à la baleine et la pêche à la morue à Terre Neuve développent la notoriété du port de pêche et engendrent un afflux de population autour de la baie. Après plusieurs décennies de déclin, il faut attendre le début du XXème pour connaître une "renaissance" du port avec notamment la pêche à la sardine, et le port se classera 1er port sardinier de France en 1947 et 1966. De nouvelles techniques de pêche apparaissent et en 1951, le port sera le 1er port thonier de France. Toute une économie se développe autour de cette pêche, et les premières campagnes de pêche au thon démarrent à Dakar en 1956 et encore aujourd'hui des pêcheurs cibouriens et luziens sont présents au Sénégal.

Photo
Photo : © Yoni

De 1930 à 1945, le port connaît un développement constant et régulier. Des conserveries de poissons se développent sur les communes de Ciboure et Saint Jean de Luz depuis 1914 pour compter pas moins de 19 conserveries en 1954.
Dans cette moitié du XXe siècle, il fallut faire appel à de la main d’œuvre spécialisée dans la conserverie : ce fut l’arrivée massive de Bretons et de Bretonnes sur Ciboure. Ils se lièrent avec les familles locales et restèrent au Pays Basque, pour la plupart.

La dernière usine fermera ses portes à Ciboure en 1992.

Photo
Photo : © Yoni

Le port compte aujourd'hui une quarantaine de bateaux aux techniques de pêche différentes. On trouve des bolincheurs, des chalutiers, des canneurs pour la pêche au thon... dont l'Airosa, bateau caractéristique du patrimoine maritime basque construit en 1953, classé patrimoine historique, et toujours en activité. Vous pourrez partager une journée de pêche en temps qu'accompagnateur à bord de l'Ordagna, agréé pescatourisme.                                                                                                                                    

La criée se trouve sur Ciboure depuis 1997 et les bateaux peuvent décharger le produit de leur pêche tous les jours de la semaine 24h/24. La vente à la criée a lieu tous les jours de la semaine à 6h sur Ciboure et est exclusivement réservée aux professionnels. Cela dit, tout un chacun peut venir acheter son poisson frais à la cahute sur le port qui fait de la vente directe des pêcheurs en fonction de la pêche du jour.

Une nouvelle activité s'est développée depuis quelques années : suite aux campagnes de pêche de l'été, quelques 18 bateaux s'arment dès le mois de septembre pour le ramassage de l'algue rouge, le gelidium  qui sert à la production de l'agar-agar.

Aujourd'hui, la filière pêche génère plus de 600 emplois.       

Les plages de Ciboure

Les estropadak et les courses de batteleku

Les pratiques du passé se retrouvent dans des embarcations remises au goût du jour et que l'on peut découvrir notamment lors des Estropadak, courses de trainières, ou courses de battelekus.

Aujourd'hui, la trainière est un bateau de pêche reconverti en embarcation sportive, qui comporte 13 rameurs et un barreur, véritable chef d'orchestre pour que les rames travaillent à l'unisson. Les estropadak : les régates, on lieu de juin à septembre, essentiellement en Hego alde (Pays Basque du sud), et attirent des dizaines de milliers de spectateurs, notamment sur la baie de la concha à Saint Sébastien. Une équipe sportive de haut niveau a été créée en labourd pour participer à ces régates

Le batteleku est une petite embarcation de 5 à 6 mètres avec 2 rameurs et un barreur. Petit bateau de pêche, son utilisation a été relancéE en 1992 par 4 amis qui rallieront différents ports d'Hegoalde à bord d'un Batteleku baptisé Teink. Depuis 1993 l'association Ur Ikara organise le Trophée Teink, raid d'une vingtaine de battelekus ralliant Castro (près de Bilbao) à Saint Jean de Luz

La balade sur le front de mer

Photo
Photo : © Yoni

Ciboure partage la baie avec Saint-Jean-de-Luz, et dès le port de plaisance de Larraldenia, une promenade longe le bord de l'eau jusqu'à Socoa. Que vous soyez à pied ou à vélo, la vélodyssée permet de longer la baie et découvrir les belles façades parées de rouge et de vert des maisons labourdines du quai Ravel. Une petite esplanade au niveau de la vierge de Muskoa, vierge protectrice des marins et pêcheurs, ouvre grand l'horizon sur la baie et ses digues de protection.

Une fois au niveau de la plage de Socoa, vous pouvez traverser la rivière Untxin et continuer votre promenade vers l'emblématique Fort, ou longer la rivière sur la gauche et découvrir le quartier de l'Untxin.

Un véritable village basque en bord de mer

Le centre historique et ses ruelles

La carte postale de Ciboure présente les ports de pêche et de plaisance bordés de maisons labourdines aux couleurs du pays basque. Mais c'est en s'engouffrant dans les ruelles adjacentes que l'on découvre les trésors cachés de cette cité.

Au détour d'une ruelle rythmée par les colombages colorés des maisons traditionnelles, une fontaine en forme d'obélisque se présente à vous. Que de secrets ont dû être échangés par les Kaskarot venues à la fontaine remplir leurs jarres !!  La curiosité vous mènera à emprunter une petite rue pavée pour découvrir une somptueuse maison labourdine qui, si vous vous présentez d'avril à juin, sera parée de ses plus beaux ornements...une belle glycine en fleurs !

Flâner au gré des ruelles vous conduira sans aucun doute vers l'église Saint Vincent au clocher si particulier, et à cet endroit précis, lui faisant face, se dresse l'arrière d'une maison unique, dénotant des autres maisons si traditionnelles, la maison dite "Ravel". D'architecture d'inspiration hollandaise, cette maison d'armateur, du XVIIème, accueillit en ses murs, le temps d'une noce, le Cardinal Mazarin …puis, quelques 200 ans plus tard, la naissance du célèbre compositeur Maurice Ravel.

Le fronton

Dans tous les villages du Pays Basque se trouve la trilogie Eglise, Mairie et fronton, normalement pas très éloignés les uns des autres, avec le fronton comme lieu de vie, de sport et de convivialité.

A Ciboure, le lien à la mer se retrouve également sur le fronton qui arbore les armoiries de la ville représenatnt un chêne, un cheval et des caravelles. Cette place ouverte, véritable témoin de nos traditions, voit tour à tour se dérouler des parties de pelote, des fêtes, ou simplement devient le terrain de jeux des enfants.

Bien-sûr, comme sur tous les frontons les parties de pelote, à pala ou à main nue, se succèdent, et chaque année, pour le 15 août, s'y déroule la finale de Laxoa, une des plus anciennes spécialités de pelote basque. Mais c'est également l'endroit privilégié pour faire vivre nos coutumes et traditions, plus particulièrement au sortir de l'hiver avec Sorgin Gaua et le défilé de Carnaval avec son cortège de géants.

La gastronomie et la convivialité ne sont pas de reste. Le marché dominical s'étend tout le long de la rue menant au fronton, et lors d'occasions bien précises, un marché de producteurs et créateurs locaux s'installe pour le plus grand plaisir de nos yeux et de nos papilles. Et que dire du rendez-vous privilégié des Cibouriens le jeudi soir : le pintxo pote.

Le quartier de Socoa

Zokoaren auzogunea

Buletinaren harpidetza

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir en exclusivité les bons plans, les nouveautés et les offres promotionnelles de l'Office de Tourisme Pays Basque

Newsletter footer